Sélectionner une page

La polémique honteuse autour de la participation d’Aya Nakamura à la cérémonie des J.O 2024

Aya Nakamura sur scène lors d’un concert
Aya Nakamura, célèbre chanteuse française, est depuis quelques jours au cœur d’une violente polémique liée à des rumeurs quant à sa participation à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques qui se déroulera le 26 juillet 2024. La controverse suscite un vif débat public en France.

Comment la polémique visant Aya Nakamura et les J.O est née ?

Aya Nakamura, connue pour ses tubes comme “Djadja”, “Pookie” ou encore “Baby”, est aujourd’hui l’artiste francophone la plus écoutée dans le monde. Selon les informations de l’Express, Emmanuel Macron, le Président français, aurait souhaité qu’elle performe lors de la cérémonie des jeux olympiques. Le chef de l’État français aurait même invité la chanteuse à l’Élysée pour lui demander d’interpréter une chanson française. Sans que l’on puisse connaître le titre exact du morceau, le nom d’Édith Piaf aurait été évoqué. En plus de son statut de star internationale, Aya devait représenter une facette de la diversité culturelle française. Bien que ni Emmanuel Macron ni la chanteuse n’aient confirmé cette information, Aya Nakamura a laissé planer le doute en publiant sur son compte Instagram une vidéo d’elle à la Fashion Week avec inscrit : « Édith PIAF ? ».
 

L’extrême droite contre Aya Nakamura

Cette vidéo a été interprétée par beaucoup comme la confirmation de la participation de la chanteuse à la cérémonie d’ouverture des J.O et a déclenché de nombreuses réactions. C’est le collectif d’extrême droite “Natifs” qui a mis le feu aux poudres en publiant une banderole honteuse où l’on peut lire : « Y’a pas moyen Aya, ici c’est Paris, pas le marché de Bamako ».
L’extrême droite contre Aya Nakamura

D’autres personnalités d’extrême droite comme Éric Zemmour ou Marion Maréchal Le Pen ont fustigé ce choix, estimant que le style de musique et les paroles d’Aya Nakamura ne correspondaient pas aux valeurs traditionnellement véhiculées par les Jeux Olympiques. Ces réactions en chaîne ont provoqué une vague de harcèlement sur les réseaux sociaux où de nombreux anonymes ont partagé leurs opinions parfois racistes sur l’artiste.

Cette polémique autour d’Aya Nakamura et des Jeux Olympiques souligne les défis auxquels sont confrontées les institutions traditionnelles dans un monde en rapide évolution. Elle met en lumière la question de comment équilibrer le respect des traditions et l’ouverture à la modernité, un débat qui dépasse largement le cadre de la musique et du sport pour toucher à des enjeux sociétaux plus larges.

De nombreuses personnalités au soutien de Aya Nakamura

Heureusement, de nombreuses personnalités et organisations ont souhaité apporter leur soutien à Aya comme Gazo, Dadju, Dosseh, Wejdene, Bilal Hassani…


Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (Cojop) s’est dit : « très choqué par les attaques racistes » et a apporté tout son soutien à Aya Nakamura.

Côté politique, Rachida Dati, ministre de la Culture française, a mis en garde : « Attention aux prétextes pour s’attaquer à quelqu’un par pur racisme », a déclaré la ministre. « S’attaquer à une artiste pour ce qu’elle est, est inacceptable. C’est un délit. »
Amélie Oudéa-Castéra, la ministre française des Sports, a quant à elle soutenu l’artiste à plusieurs reprises lors d’interviews.

La controverse autour de la participation d’Aya Nakamura aux Jeux Olympiques est révélatrice des tensions entre tradition et modernité, entre uniformité culturelle et diversité. Elle invite à une réflexion plus profonde sur l’acceptation de la différence et l’importance du vivre ensemble.
Le Flow apporte tout son soutien à Aya Nakamura face à cette polémique honteuse et salue le courage de l’artiste dans ce moment difficile.