Sélectionner une page

Les meilleurs films sur le rap

Il est rare le rap dans le 7e art. Trop populaire voire pas assez chic ou peut-être juste trop difficile à raconter, le genre apparaît encore trop peu sur le grand écran. Un milieu tourné à la dérision et des rappeurs à la caricature, on compte sur les doigts de la main les longs-métrages qui font honneur au genre. Entre industrie hors normes et artistes hors du commun, certains réalisateurs ont pourtant réussi à narrer avec finesse les coulisses du milieu. Du plus indé au plus drôle en passant par le plus culte, voici notre sélection de trois films à voir – ou à revoir – sur la culture rap.

8 Mile, le plus culte

Impossible de penser à un film sur le rap sans penser à 8 Mile de Curtis Hanson ou le biopic d’Eminem avant qu’il devienne Eminem. Détroit, 1995, Jimmy Smith a des rêves plein la tête mais un quotidien qui en est loin. Coincés entre la banlieue blanche et les quartiers noirs, Jimmy enchaîne les déboires familiaux, professionnels et sentimentaux, sans aucune autre perspective que la grisaille de son Détroit natal. Au milieu de cette vie qui déjà se désagrège, le rap va devenir son échappatoire, son salut. Une bande son à couper le souffle – dont l’iconique Lose Yourself – un scénario musclé et sensible mais surtout un Eminem qui s’avère un excellent acteur. Il n’en faut pas plus pour faire de 8 Mile, l’un des plus gros succès du box office à sa sortie en 2002 et l’un des films les plus cultes de la scène rap encore aujourd’hui.

BANDE ANNONCE

 

Comment c’est loin, le plus drôle

Une comédie dramatique pour parler de rap ? Si le genre n’était pas le plus évident, le pari lui est réussi. Comment c’est loin de Christophe Offenstein et Orelsan est un long-métrage entre la romance et l’autobiographie qui fait autant rire que pleurer. Dans ce road movie de la flemme, on suit deux rappeurs-losers – interprété par Orelsan et Gringe – tous les deux
jusqu’ici incapables de finir le moindre morceau et forcés par leurs producteurs à venir au bout d’un titre en seulement 24 heures. Véritable éloge de la loose, cette comédie existentielle et générationnelle, donne une vision très personnelle du processus créatif et de la – longue – route vers le succès. Un film sur le rap, la médiocrité, la quête de reconnaissance mais surtout sur l’amitié. Nota bene : Orelsan devant et derrière l’écran, comment c’est bien.

BANDE ANNONCE

 

Patti Cake$, le plus indé

Un film sur le rap qui casse les clichés sur le rap. Dans un décor de cité dortoir du New Jersey, à l’ombre des tours de Manhattan, Patti rêve. Cette jeune serveuse obèse vivant entre une mère alcoolique et une grand-mère malade a un talent de rappeuse aussi fort que son ambition. Les portes de la scène rap New-Yorkaise, Patti veut les défoncer les unes après les autres avec l’aide de son meilleur ami excentrique et de son producteur magnifiquement antipathique. Plus qu’un film sur le rap, le réalisateur Geremy Jasper nous offre un portrait d’une Amérique invisible, celle des classes qu’on a biberonné au rêve américain mais qui n’en verront sûrement jamais la couleur. Loin d’être mièvre ou pathos, Patti Cake$ avec sa bande son jouissive et son actrice principale jubilatoire est un vrai pied de nez aux grosses productions hollywoodiennes et à un monde dans lequel les bons rappeurs ne seraient que des hommes.

BANDE ANNONCE

 

Camille Poher.